Parce que nos services d’accompagnement commencent toujours par rassembler l’entrepreneur ainsi que l’équipe de La Vague autour d’un même projet, nous vous proposons un article en deux parties sur le même thème. Voici la seconde avec Emmanuelle Cyr, conseillère spéciale et coach à La Vague, qui fait suite au témoignage de Guy Harvie de Solutions Distributions IM. Entrevue pour mieux comprendre le rôle clef des membres de La Vague dans le processus d’accompagnement.

Crédit @mainquebec

Lorsqu’on vous soumet un projet, quelle est la première étape pour l’équipe de La Vague?

Derrière chaque projet de croissance, chaque ambition entrepreneuriale, il y a toujours des besoins qu’on traduit en objectifs. D’après les objectifs, on peut trouver les bonnes personnes. C’est important de bien comprendre les besoins et ont devient experts à poser les bonnes questions, à apporter des nuances aussi.

L’approche de La Vague passe par une compréhension approfondie des besoins du projet dans le but de rechercher les acteurs clés qui vont accompagner l’entrepreneur. Comment avez-vous procédé dans ce cas-ci pour trouver l’équipe parfaite?

C’est avant tout une affaire de contacts et de réseaux, auxquels un entrepreneurs seul n’a pas accès. La Vague, en tant qu’accélérateur d’entreprise, est membre de réseaux comme l’ERAC (Espaces régionaux d’accélération et de croissance) et le MAIN (Mouvement des accélérateurs d’innovation du Québec). Nous collaborons constamment avec les autres accélérateurs et avec des firmes spécialisées tel Rhizomes, qui nous ont aidé à bien structurer notre plateforme d’accompagnement. Individuellement, les expériences de Gino et moi font aussi en sorte de développer un réseau riche. Pour ma part, j’ai été directement plongée par le passé dans l’écosystème des startups de Montréal. Alors l’ensemble de notre réseau de contacts nous donne un accès rapide à des compétences qu’on peut ramener sur le territoire des Îles quand elles n’y sont pas présentes. Cela permet plus de possibilités de développement.

Dans le cas du projet de Guy, nous sommes partis d’une recherche sur Google et Linked In. J’ai ciblé un de nos contacts qui nous a référé le coach que Guy a choisi ultimement pour l’accompagner dans son projet. 

Qu’est-ce que ça prend pour être un bon coach? Sur quelles bases sélectionnez-vous les collaborateurs qui vont épauler les entrepreneurs?

Un bon coach va poser les bonnes questions, il a à coeur le projet car il est déjà passé par là. Souvent c’est un entrepreneur qui a eu le même type d’entreprise. C’est un guide engagé : il sait ce que ça prend et quelles erreurs éviter, car il est expérimenté. Et puis, un bon coach sait encourager l’entrepreneur comme le challenger. On oublie souvent qu’accélérer les affaires, ça se vit avant tout à l’échelle humaine par la collaboration et l’entraide. Donc ça nécessite beaucoup d’écoute, de patience, de soin.

La Vague accompagne une douzaine d’entrepreneurs actuellement dans le cadre de son programme Croissance en plus d’orchestrer d’autre cohortes sur des thématiques spécifiques. C’est donc dire que votre réseau s’accroît puisqu’il faut dénicher plusieurs experts pour encadrer les parcours. Comment développez-vous votre réseau? Sur quoi misez-vous pour tisser les liens avec les bons intervenants?

On arrive à bien le développer via notre réseau même, en faisant des recherches, avec des outils numériques. Ça prend du flair! 

La Vague fait partie d’une écosystème qui est interconnecté à d’autres réseaux. Un expert qui complète un mandat par exemple de 300 heures avec nous entre dans notre écosystème où de vastes possibilités s’offrent alors à lui pour appuyer d’autres projets innovants. Notre réseau et ses expertises se renforcent et s’enrichissent ainsi. La réputation des Îles-de-la-Madeleine fait aussi en sorte que les consultants sont très enclins à travailler avec nous dans des projets innovants et émergeants, qui sont différents de par notre contexte unique!